GEM-K Formation 

369 avenue du Maréchal Juin 39100 DOLE  contact@gem-k.com

Inscription à la newsletter

© 2016. GEM-K Tous droits réservés. Mentions Légales

Le Whiplash : Cette maladie systémique

Vous avez dit Whiplash ?

 

 

 

 

On appelle whiplash le mécanisme lésionnel résultant d’une décélération brutale du corps, et associant une hyperflexion puis une hyperextension du rachis cervical. Classiquement, on retrouve ce type de traumatisme lors d’une collision impliquant deux véhicules.

 

La Quebec Task Force Classification of Whiplash Associated Disorders nous permet d’apprécier la gravité des lésions associées au whiplash. Ainsi, le Grade 0 représente une victime n’ayant aucune plainte ou signe physique. Les Grade 2 à 4 représentent les victimes ayant des plaintes (douleurs, etc.), des signes physiques (diminution d’amplitudes articulaires, etc.), psychologiques, neurologiques ou radiologiques.

 

Le traumatisme en lui même peut affecter l’ensemble des structures du rachis cervical (éléments musculaires, disco-ligamentaires, vasculo-nerveux, etc.), de tel sorte qu’à chaque whiplash, peut survenir une combinaison unique de lésions, faisant ainsi varier au cas par cas le pronostic et le traitement à mettre en place.

 

En phase aiguë, si l’on envisage classiquement la présence de douleurs cervicales, occipitales, interscapulaires, et de contractures musculaires paravertébrales, d’autres signes peuvent venir aggraver le tableau clinique.

 

 

 

Quels sont les symptômes que l’on peut retrouver, après un whiplash ?

 

 

Parmi la diversité des symptômes que l’on peut retrouver, il faudra prêter attention à la survenue de signes tels que :

  • des nausées,

  • des acouphènes

  • des céphalées et/ou douleurs rétro-orbitaires,

  • une photophobie

  • de l’irratibilité

  • des difficulté de concentration

  • des troubles du sommeil

  • des dysesthésies du membre supérieur.

Les signes d’ordre psychique ne sont pas en reste.  Ainsi, Carrol et al., ont mis en évidence l’apparition significative de symptômes de type dépression, anxiété, peur,  frustration, et colère, associés à des douleurs cervicales, dans les 6 semaines après un whiplash.

 

 

Pourquoi est-ce important ?

 

Avoir des multiples symptômes après un whiplash est chose commune, et ceux-ci sont bien souvent non spécifiques. Mais ils démontrent que les troubles associés aux whiplash ne sont pas des problèmes isolés, et forment au contraire un tout, amenant certains auteurs à les considérer comme une pathologie systémique. Ceci reflétant le contexte biopsychosocial dans lequel est survenu le traumatisme.

 

 

 

Des exemples ?

 

  • Effectuer un bilan prenant en compte tout les aspects du whiplash, qui formera la clé de voute de notre traitement.

  • Prendre en compte l’anxiété, même plusieurs semaines après le traumatisme, pour réduire l’influence sur les douleurs, par de l’écoute, de l’éducation thérapeutique.

  • Privilégier le développement de stratégie active de lutte contre les douleurs.

  • Cibler son traitement, non pas en se focalisant sur les dommages physiques (entorse cervicale, contracture musculaire), mais sur la gestion des douleurs et la mobilisation précoce.

 

Cette approche, qui n’est pas sans rappeler les modèles les plus récents de prise en charge des douleurs, est à ce jour parmi les plus plébiscitées dans les études scientifiques.

 

 

Sources :  R Ferrari, A re-examination of the whiplash associated disorders (WAD) as a systemic illness Ann Rheum Dis 2005;64:1337–1342. doi: 10.1136/ard.2004.034447

 

LINDA J. CARROLL  Pain-Related Emotions in Early Stages of Recovery in Whiplash-Associated Disorders: Their Presence, Intensity, and Association With Pain RecoveryPsychosomatic Medicine(2011)DOI: 10.1097/PSY.0b013e31822f991a

 

 

Le Saviez-Vous ?

 

 

En phase aiguë, l’examen radiologique ne montre pas nécessairement de signes de whiplash. Cette absence de signe radiologique peut être source de frustration pour le patient présentant des symptômes qui ne serait pas visibles à l’imagerie.

 

 

À distance du traumatisme, la radiographie dans le plan sagittal pourra mettre en évidence un effacement de la courbure cervicale, un rétrécissement des espace intervertébraux ou une uncarthrose.

 

 

Source : Yadla S, Ratliff JK, Harrop JS. Whiplash: diagnosis, treatment, and associated injuries. Curr Rev Musculoskelet Med. 2008 Mar;1(1):65-8. doi: 10.1007/s12178-007-9008-x.

 

 

 

Take Home Message

 

« Restez actif et vivez normalement ! » C’est le conseil que l’on peut typiquement donner à un patient victime de whiplash.

 

 

Besoin d'une formation sur les cervicalgies : C'est ici

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Le concept Maitland - Robert Valentiny - Interview n°16

24/9/2019

1/9
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square